LE FOU DU BOIS est fiére de devenir partenair officiel de Batototo qui partira en Aout 2018 pour la longue route 

L’ASSOCIATION « METTRE LES VOILES AVEC TOTO »

L’association « Mettre les voiles avec Toto », collaboratrice du Tour du Monde de David Arlot, a pour but d’encourager, de soutenir les grands projets de navigation au large et de les faire partager .

Devenez membre ! Et suivez David tout au long de son voyage.

Contact :

Facebook Batototo

Website Batototo

LE PROJET
PARTICIPATION À LA LONGUE ROUTE 2018

Tour du monde en solitaire, d’ouest en est, par les 3 caps, sans escale et sans assistance sur un voilier de série de 11,80 m.

« Tous les marins vous le diront, ce tour du monde, c’est un projet énorme ! »

Dans moins de deux ans, David s’élancera dans le sillage de Bernard Moitessier.

Un peu d’histoire… Le 22 août 1968, Bernard Moitessier s’élançait sur un tour du monde en solitaire, une course, le « Golden Globe Challenge » au règlement ultra simple : les concurrents devaient partir entre le 1er juin et le 31 octobre 1968 du port anglais de leur choix et devaint franchir les trois caps (Bonne-Espérance, Leuwin et Horn) sans toucher terre et sans assistance, avant de revenir à leur port de départ. Nul marin n’avait jusqu’alors tenté une telle aventure.

globeNeuf marins aventuriers relevèrent ce défi dont deux Francais, Bernard Moitessier et Loïck Fougeron. Sur les neufs partants, un seul bouclera ce tour du monde : l’Anglais Robin Knox-Johnston. Donald Crowhurst est mort en mer, Loïck Fougeron ainsi que l’anglais Bill King chavirèrent lors d’une tempête dans l’Atlantique sud et tous les autres durent abandonner en chemin à cause d’avaries sérieuses, de bateaux roulés par les déferlantes, etc.

Bernard Moitessier ne finira jamais ce tour, il ira bien plus loin. « Je continue sans escale vers les îles du Pacifique, parce que je suis heureux en mer, et peut-être aussi pour sauver mon âme », annonce-t-il après le Cap Horn alors qu’il est en passe d’emporter cette circumnavigation historique.

« Ce n’est pas de la curiosité, c’est de la vie. Ce n’est pas pour voir, c’est pour sentir. Rentrer serait la dernière des folies… »

Il poursuit donc sa route vers l’Est, double à nouveau Bonne Espérance et Leuwin pour finalement rallier Tahiti, après 10 mois de mer, sans escale. Une épopée unique, 37 455 milles soit 69 367 km sans toucher terre, qui sera relatée dans un livre appelé « La longue route ».

Pour célébrer les 50 ans de cette aventure humaine exceptionnelle, le navigateur Guy Bernardin a créé « La longue route ». Le règlement de cette course qui n’en est pas vraiment une est presque le même que celui du Golden Globe Challenge : Les marins devront partir du port de leur choix au nord du 45° Nord de la côte européenne, ou du 41° Nord la côte Est américaine, laisser les trois caps à bâbord et revenir dans un port français au nord du 45° Nord, qui sera désigné ultérieurement, entre le 18 juin et le 30 septembre 2018. Ce tour du monde devra se faire à bord d’un bateau de série entre 35 et 52 pieds (soit entre 10,50 et 15,80 mètres)

LE RÈGLEMENT DE LA LONGUE ROUTE 2018 DANS SON INTÉGRALITÉ :

En 2018, afin de commémorer la Longue Route dont ce sera le 50ème anniversaire et rendre ainsi hommage à son concepteur Bernard Moitessier, le navigateur Guy Bernardin s’élancera pour un tour du monde en solitaire sans escales. Il aura alors 74 ans, avec derrière lui 5 tours du monde et 6 passages du Cap Horn.

A cette occasion, Guy Bernardin invite tous les navigateurs souhaitant effectuer ce parcours dans l’esprit de Bernard Moitessier à se joindre à lui. Ce n’est pas une course, il n’y a pas de règlement, pas de contraintes, pas d’obligations, pas de prix non plus… Juste la récompense ultime d’avoir concrétisé un rêve et de s’être vaincu soi-même. C’est un retour vers les vraies valeurs, les responsabilités humaines et personnelles du marin et de l’homme. La liberté, la sérénité d’être en mer, seul face à l’océan.

Chaque marin est libre de son choix de voilier, une unité de croisière entre 35 et 52 pieds (10,50 mètres à 15,80 mètres environ), apte à la navigation hauturière. Chacun est libre de communiquer comme il l’entend, d’arborer les couleurs des partenaires, mécènes ou sponsors qu’il peut trouver, et d’assurer la promotion de son aventure par tous les moyens à sa disposition. A lui de juger si, ce faisant, il respecte l’idée de Bernard Moitessier ou pas… En fonction de son voilier et de son équipement, chacun également est libre de son jour de départ entre le 18 juin et le 30 septembre 2018, d’un port au nord du 45° Nord de la côte européenne, ou du 41° Nord la côte Est américaine, avec retour dans un port français au nord du 45° Nord, désigné ultérieurement.